Activités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2018-2019 «Ogatsu Kodomo Art Company» Atelier mensuel dans la nouvelle école d’Ogatsu,

Réalisation des « assiettes coquillage »
Sous la direction du Professeur  Eiji Kamemayama,  au Namiita  quartier d’Ogatsu, Ishinomaki Miyagui département.

«Village d’Art pour les Enfants» a déjà organisé plusieurs ateliers dans la région

Ce projet a un impact important car il donne une raison d’être à cette nouvelle école d’Ogatsu.  L’école provisoire d’Ogatsu a été remplacée par une école nouvelle, reconstruite et définitive que la  Fondation Enfants d Japon a visité. Elle recrute nos services afin de donner un nouvel essor artistique aux enfants des gens de la région. Nous allons donc participer au programme scolaire avec notre atelier de céramique Ogatsu Company sous la direction de Matsui sensei et de notre potier Kameyama sensei, directeur de cet atelier depuis déjà 4 ans accompagné par les maitres d’école et assistants

Essayer de faire revenir les gens dans la région en proposant des activités artistiques.

Par ailleurs, ces enfants ont créé une «  compagnie » afin de se réunir et d’élaborer un projet artistique, le créer, mettre en place un plan de réalisation, et concevoir un marketing afin de vendre la pièce. Tout cela en vue de produire un objet représentatif de leur région qu’ils veulent faire connaître.

Etudier le produit de puis sa conception jusqu’à sa vente. Le pourquoi, le comment !

Atelier « La pierre d’Ogatsu » 5 novembre 2017

Réalisation des « assiettes coquillage »

Sous la direction du Professeur  Eiji Kamemayama,  au Namiita  quartier d’Ogatsu,  Ishinomaki Miyagui département.

« Village d’Art pour les Enfants » a déjà organisé plusieurs ateliers dans la région.

Les  « assiettes coquillages »

20 enfants d’Ogatsu ont fabriqué les assiettes coquillages en mélangeant de la poudre de pierre d’Ogatsu à 50% de  terre. Ils ont réalisé des plats utilisant des coquilles Saint Jacques comme moule que le céramiste M. Kameyama a cuit  ensuite dans son four.

Ils ont décidé de vendre ces assiettes.
Shinobu Kawata,  garçon de 11 ans souhaite que ces assiettes deviennent la spécialité de la région de Ogatsu.
« Avec l’argent de vente, nous pourrions fabriquer une usine de congélation pour que le monde entier puisse manger les coquilles Saint Jacques d’Ogatsu.”.
Le rêve de ces enfants est de redonner vie à leur village, de le faire connaitre par ce qui le distingue des autres villages : la céramique de la pierre noire, les coquillage.

15 septembre 2017, Le journal Sanriku Kahoku Shinpousha (journal local) a consacré un article sur l’atelier de fabrication des assiettes coquillages.
Voici le site de cet article. http://ishinomaki.kahoku.co.jp/news/2017/09/20170926t13012.htm

Atelier « La Galette des rois » 15 octobre 2017

Réalisation de la Fève

Sous la direction du Professeur Toshio Matsui au « Centre culturel pour les jeunes » à Hitachi System Homes.

20 enfants de 9 à 12 ans ont fabriqué les fèves.
Cet atelier existe depuis maintenant 4 ans.
L’histoire de la galette des rois est expliquée avec le rituel de la fève. Une tradition européenne qui est maintenant reprise au Japon.

Les enfants apprennent la coloration de la  terre.
Ils s’y entrainent.
Puis ils modèlent et fabriquent des formes qu’ils souhaitent.
Enfin ils y mettent des couleurs.
Au début réticent, les enfants deviennent de plus en plus audacieux, réalisant de nombreuses fèves, réclamant encore du temps et de la terre pour en fabriquer d’autres.
Leur talent de création s’éclate et déborde.
« C’est provoquer en eux, le moment de l’inspiration et de leur création originale” dit le Professeur Toshio Matsu.
Cette démarche représente exactement l’aboutissement de la philosophie de nos ateliers : Donner à ses enfants au quotidien difficile, une escapade créative à travers l’art, une expression de leur propre être.

JUILLET 2017 « Forum pour l’avenir des enfants d’Ishinomaki »

2 enfants de l’école d’Ogatsu ont accompagné les Professeurs Toshio Matsui et Hayakawa, à Ishinomaki dans le département de Sendai.

Une occasion de rencontrer le nouveau directeur d’éducation de la ville d’Ishinomaki et de demander sa coopération.

Puis ils se sont réunis au restaurant d’Unagui qui appuit notre projet.

Le 5 JUILLET 2017 Le 18 JUILLET 2017 Atelier « Céramique » La fabrication d’une assiette Hottei

Sous la direction des Professeurs Eji Kameyama, Yori Takahashi et Norio Suzuki, à Ogatsu, Ishinomaki dans le département de Sendai.
Eji Kameyama est un artiste potier.
Yorio Takahashi appartient au Syndicat des producteurs de la pierre à encrier d’Ogatsu.
Norio Suzuki est président du quartier Namiita.

Ces ateliers s’inscrivent dans ce nouveau projet de coopération des habitants de ce village Namiita dévasté et isolé avec les enfants de l’Ecole d’Ogatsu autour d’un atelier de céramique.,

L’atelier accueillera une dizaine d’enfants de 10 à 12 ans de l’école d’Odgatsu de la ville d’Ishinomaki.

En effet, l’école provisoire Namiita d’Ogatsu a été fermée et les enfants sont maintenant à l’école d’Ishinomaki.

Cela leur permet de continuer à participer à la vie de leur ancien village, un peu oublié du monde.

Ici, la pierre d’Ogatsu sera broyée afin d’être utilisée pour la céramique.

Le premier atelier, Ecole d’Ishinomaki:
– Conception de la fabrication d’une assiette Hottei.
– Mise en place du projet.
– Comment faire connaître leur village Ogatsu à travers la réalisation d’une assiette.

Le deuxième atelier,laboratoire Namiita:
– Fabrication de l’assiette avec la poudre de la pierre d’Ogastu

 

Photos

Le 25 JUIN 2017 Atelier « La Laque Tsugari»

Sous la direction du Professeur Hirokazu Shimamori à Goyomoku, Machikaminachi, Minami dans le département d’Akita

Hirozaku Shimamori est un artiste, expert de laque Tsugaru
Cet atelier s’inscrit dans la lignée de l’enseignement des traditions japonaises.

L’atelier accueille une dizaine d’enfants de 10 à 12 ans de la région de Tohoku.
Un objet en laque est fait de bois ou de papier recouvert du jus de l’arbre à laque.

Ce procédé est très ancien,

Une branche laquée de 12 600 ans a été mise au jour dans la préfecture de Fukui ce qui confirme le caractère spécifiquement japonais de la laque. Cette pièce est considérée comme la plus ancienne au monde. Sur l’ensemble de l’archipel, la laque est utilisée par de nombreux artisans. Chaque variété a son nom propre, caractéristique de sa zone géographique.

Parmi les objets laqués, les laques de Tsugaru sont les laques les plus majestueuses. La répétition sans fin du laquage et du polissage dévoile un jeu de couleurs variées et rend l’aspect des laques semblable au mille-feuille.

Ici, l’objet à réaliser est un dessous de bol en bois.
Dessiner et laquer.

CIMG8650

 

Cette première expérience de laque naturelle effraie les enfants car elle est toxique et doit être manipulée avec précaution.

Ils ont vite dominé leur inquiétude et ont travaillé avec joie.

Atelier « La galette » avec le chef Nobuyuki Matsuzaka le 5 février 2017

Sous la direction duProfesseur Nobuyuki Matsuzaka Président de l’école de la cuisine Matsuzaka, Cuisinier

20 enfants de 9 à 12 ans
Chaque enfant découvre l’histoire de la Galette des rois.
Il apprend à faire de la pâte feuilletée, réalise la galette et y introduit sa fève.

Les galettes seront cuites dans le laboratoire -cuisine de l’école du Chef Matzuzaka

Le 24 janvier 2017 Atelier « La pierre d’Ogatsu »

Sous la direction du Professeur Toshio Matsui de la TUAD, en collaboration avec le Potier Eiji Kameyama 
au Laboratoire Namiita d’Ishinomaki et à l’Atelier du four Minowatakama.

 

La ville d’Ogatsu, connue pour sa production de pierre noire, a été dévastée par le tsunami de mars 2011.
« Le Village d’Art pour les Enfants » a déjà organisé plusieurs ateliers  au Laboratoire Namiita.

Cette année, 7 enfants de 11-12 ans de l’école d’Ogatsu d’Ishinomaki ont été choisis  afin de réaliser un atelier, l’atelier Ogatsu 7 afin de développer de nouveaux produits en utilisant la pierre noire.

Les assiettes ont été données aux habitants du village

Le 21 novembre 2016 Atelier « La pierre d’Ogatsu »

Sous la direction du Professeur Toshio Matsui de la TUAD, en collaboration avec le Potier Eiji Kameyama
au Laboratoire Namiita d’Ishinomaki et à l’Atelier du four Minowatakama.

 

La ville d’Ogatsu, connue pour sa production de pierre noire, a été dévastée par le tsunami de mars 2011.

« Le Village d’Art pour les Enfants » a déjà organisé plusieurs ateliers  au Laboratoire Namiita.

Cette année, 7 enfants de 11-12 ans de l’école d’Ogatsu d’Ishinomaki ont été choisis  afin de réaliser un atelier, l’atelier Ogatsu 7 afin de développer de nouveaux produits en utilisant la pierre noire.

L’idée est que les enfants créent une entreprise virtuelle, « la  Compagnie d’Art pour les Enfants » permettant la réalisation d’objets à partir de matériaux locaux lors des ateliers, organisés dans différents endroits.

C’est aussi une façon de découvrir l’artisanat local et ancestral de chaque région, grâce à cet échange entre les enfants et les artisans et les ressources géographiques.

 

La-pierre-d-Ogatsu_zoukei_ogatsu7_Mrkameyama2zoukei_ogatsu7_Mrkameyama2

 

En mélangeant de la poudre de pierre d’Ogatsu à 50% avec de la terre, les enfants ont appris sous la direction du Maitre Eiji Kameyama à utiliser un tour pour monter une tasse avec des colombins. Ensuite des assiettes ont été préparées.

Des ornements tel que des coquillages ramassés sur la plage, des émaux transparents ou mélangés à la poudre d’Ogatsu ont finalisé chaque objet.

La cuisson se réalisera dans une autre séance.

Les enfants ont été extrêmement appliqués et passionnés par leur résultat.

 

 

Les 22 et 23 octobre 2016 « La Perle Baroque »

Sous la direction du Professeur Toshio Matsui ( KUAD)  et du Professeur et Joailler David Roux-Fouillet ( Royal College of Arts in London ), accompagnés du Maitre de Conférences Monsieur Okamura ( KUAD), spécialiste de la perle et de la joaillerie.

3 ateliers ont été organisés avec des enfants de 8 à 11 ans au Collège Tomizawa et au centre culturel des jeunes de Sendai) de la société Kamden.

Participants :
16 écoliers (10-12ans) et collégiens pour le 22 au matin,
16 écoliers et collégiens pour le 22 dans l’après-midi,
18 écoliers et collégiens pour le 23.

 

L’art de la perle est une tradition et une fierté japonaises. Associées à l’histoire du Miyagi et à son seigneur Mahamune Date, ces perles provenaient de Uwajima , département d’Ehime.

 

perle-baroque_BP_1023_2BP_1023_2

 

Le thème de l’atelier était de réaliser des bijoux fantaisie en associant des perles baroques et le Morta,
Le morta est un bois trouvé dans les zones anoxiques de tourbières, en cours de fossilisation.
Ce bois, devenu imputrescible, présente un aspect fort esthétique une fois poli. Il est utilisé dans les objets artisanaux comme des manches de couteaux par exemple.
Il faut d’abord dessiner une forme, puis la réaliser avec une terre qui sera cuite au four et durcira. On posera la perle une fois la céramique cuite afin d’éviter la fonte de la perle  auquel on associera le morta.

 

 

L’objectif : Apprendre aux enfants que les produits dits moins valorisés, peuvent renaître sous une forme intéressante grâce à leur imagination. Découvrir en chacun sa propre force créatrice. Changer sa façon de penser et voir les choses avec un regard différent. Tout peut devenir un bijou!

“Les perles déformées et le morta sont deux matières non valorisées mais qui peuvent nous offrir une beauté inégalée. La beauté n’est pas quelque chose d’éloigné, d’inaccessible mais peut être créée par nous même.”

 Pr. David Roux-Fouillet

 

 

Du 3 Septembre au 25 septembre 2016 – Atelier DIY Picnic

Sous la direction des Professeurs du TRSO et de l’Atelier Ishinomaki avec le concours de l’Atelier Hozumi Fibre à Yamagata dans une maison ancienne Bunsho Kan.

 

Il s’agit du dernier atelier de la série des ateliers Kit Bento.
77 enfants d’une douzaine d’années accompagnés de leurs parents ou d’un adulte, entourés de professeurs et de bénévoles participaient à la fabrication de « maisons pour les oiseaux ».

 

Il y avait dans le jardin de Bunsho kan, une petite cabane où les enfants ont trouvé des kits en bois et des outils de travail.

 

Aidés par les étudiants de la TUAD et certains de leurs parents, ils ont appris à fabriquer des nichoirs, les ont décorés avec des morceaux de bois ramassés sur la plage d’Ishinomaki.

 

En plein air, profitant des beaux jours et du soleil de Yamagata, les enfants ont découvert l’importance du travail manuel et le plaisir de créer avec ces deux mains et de réaliser soi même son propre objet.

Le 13 Septembre 2016 Atelier Conférence à distance entre les enfants et le board de «Village d’Art pour les enfants»

Sous la direction des Professeurs Matsui et Hayakawa et de Mme Yokokawa.

7 enfants de 10 à 12 ans de l’Ecole d’Ogatsu ont participé à cette discussion par Skype avec notre directeur de Projet de « Village d’Art pour les Enfants », le Professeur Matsui, notre responsable du projet à Sendai, le Professeur Hayakawa et Madame Yokokawa, responsable administrative à Sendai.

 

L’idée est de réfléchir sur la notion de conception et de réalisation d’objets d’artisanat.
La conception de l’objet à créer.
La définition de l’objet.
La réalisation de l’objet, ce qui sous entend l’histoire de l’objet (s’il est usuel ou artisanal), sa fonction, les matériaux nécessaires à sa fabrication.
La destination de l’objet créé. «  Pour qui seront fabriquer ses objets ? »

 

Ces enfants avaient participé à l’Atelier de la Pierre d’Ogatsu mais en ignoraient l’existence bien que cette pierre vienne d’une carrière, soit travaillée selon une certaine thecnique ancestrale ; bien qu’elle soit utilisée depuis des siècles pour faire des encriers ou des toitures.

 

Ils ont donc institué une entreprise virtuelle « Compagnie d’Art des Enfants » dont le maire est M.Matsui et le vice-maire M Hayakawa afin de réfléchir sur cette notion de création ou de fabrication d’objets d’art et d’artisanat. Pourquoi, pourqui, comment !

Le 2 Septembre 2016 Atelier Poteries Jomon cuites à ciel ouvert

Sous la direction du Professeur Yusuke Sato, archéologue et conservateur du parc et forêt de Jomon à Sendai à l’Ecole Uenoyama ( Sendai)

 

Il s’agit du dernier atelier dela série de 3 ateliers sur la culture Jomon.
Epoque archéologique de 15 000 à 300 av JC

 

70 enfants d’une douzaine d’années entourés de 2 professeurs et de 5 bénévoles participaient à l’atelier..

Les enfants eux même ont fait le feu avec un appareil à feu énorme à ciel ouvert.
Les poteries déjà réalisées ont été cuites.
Mais certaines se sont cassées.

Ils ont également appris comment réparer les poteries cassés et comment recoller les morceaux comme dans un puzzle.

 

Le 9 et 10 juillet 2016 Atelier Céramique – Pierre d’Ogatsu

Sous la direction du Professeur Matsui à Namiita, au laboratoire d’Ishininomaki.

A Namiita Laboratoire d’ Ishinomaki, dans le département du Miyagi.
18 enfants accompagnés de leurs parents y ont participés.

 

Après une visite de la carrière, ils se sont réunis dans une salle du laboratoire où le Professeur Matsui leur a raconté l’ histoire de la pierre d ‘Ogatsu et son utilisation pour faire des toits et des encriers.

 

Il leur a également expliqué la réalisation d’un bol avec la préparation de la terre ; ici il s’ agissait d un mélange de poudre de pierre d’Ogatsu et d’argile.

 

Puis, il leur démontra la technique du façonnage du bol.
Enfin, vint la coloration et la cuisson.
Ces étapes se sont échelonnées sur les 2 jours. (Le 9 juillet de 10-15h et le 10 juillet de 10-17h.)

 

Chaque enfant a réalisé son œuvre d art. La céramique et la réalisation d’un bol à thé représentent un art majeur, profondément ancré dans la culture nippone.

 

Le 5 mai 2016 12h-15h Atelier Electronique Fantastique

Sous la direction du professeur Wada Ei à l’institut de recherche artistique et environnementale à Gojyome-Machi.

 

Jouer des instruments avec les ondes électriques en T shirt à rayures lors d’un Concert.

Lieu: Monokatari (Gojyome-Machi)
Organisateur : Michihiraki LCC,  le Village d’Art pour les Enfants et la Fondation Enfants du Japon.

 

Cet Atelier réunissait une vingtaine d’enfants de plus de 9ans.
Les parents pouvaient également les  accompagner et assister à la séance.
Frais : Gratuit pour les enfants et 5000 yens pour un parent.

 

Wada Ei est un artiste qui transforme d’anciens téléviseurs à tube cathodique ou des magnétophones à bobine en instruments de musique pour organiser un concert.

 

Créer les instruments, inventer la façon d’en jouer et diriger un orchestre, voici la vocation du Festival « Electronique Fantastique » de Michihiraki.

 

L’atelier s’inscrivait dans la lignée du Festival.

Les enfants avaient apporté un vieil appareil ménager et des télécommandes.

Ils l’ont transformé en instrument de musique.

Les produits électroménagers sont inventés pour utiliser les ondes électriques invisibles au service de la vie quotidienne.

 

Les enfants ont réussi à  transformés un appareil en le libérant de sa fonction et créer un autre objet qui devenait un instrument et leur permettait de s’exprimer d’une autre manière et de façon inusuelle…

 

Comment avec imagination, on peut devenir créatif à partir de son quotidien, le plus banal soit-il !

 

Interview du Professeur Hayakawa, Responsable du Village d’Art pour les Enfants à Sendai.

Le Professeur Kinya Hayakawa s’occupe de la mise en place et de la coordination des ateliers dans le Tohoku.

20160619_kahoku

 

« Le tremblement de terre de Tohoku a bouleversé les Japonais.

Ce séisme a été un déclic pour une réflexion approfondie quand au sens de la vie et de la vie trop facile où l’on peut boire de l’eau en tournant le robinet et faire fonctionner les électroménagers en branchant la prise.

 

Que  peut apporter l’art aux gens désespérés ?

Il aide à accepter les diversités, comprendre les autres, multiplier la communication avec les autres et surtout « raffiner sa sensibilité » pour trouver ce qui est beau autour de soi. »

 

Il parle de sa participation au projet « Village d’art pour enfants » financé par la Fondation Enfants du Japon et organisé par  la TUAD et la KUAD et exprime son enthousiasme à cette cause. Il travaille à mi temps pour la Fondation.

Grâce à ces divers ateliers, les gens et surtout les enfants peuvent se réunir.

« Ces rencontres dans des lieux différents permettent de réfléchir et aident à accepter les diversités et  ouvrent des portes vers l’art. »

Publication d’un article sur l’Atelier d’Ogatsu dans le Journal local «Ishinomaki Kahoku»

Publication-d-un-article-sur-l-Atelier-d-Ogatsu-dans-un-journal

L’article  explique qu’il s’agit d’un atelier de poterie.
Les enfants fabriquent des poteries avec de l’argile mélangée à de la poudre de pierre d’Ogatsu.

 

L’atelier est organisé par la Tuad et la Kuad sous la direction du Professeur Matsui, artiste céramiste. Les pierres d’Ogatsu sont utilisées depuis longtemps comme ardoise et pierre à encrier.

 

L’interview d’un garçon de 11 ans révèle qu’il ne  connaissait pas cette pierre d’Ogatsu, ni son utilisation et qu’il va apprendre à fabriquer un bol.

Le 18 Avril 2016 Atelier Céramique Jomon


Sous la direction du Professeur Yusuke Sato à l’école Uenoyama (Sendai)

 

« Le 18 au matin, nous nous sommes rendus à l’Ecole Uenoyama de la ville de Sendai. Le professeur Ueda Sensei, directeur de l’université par correspondance de la Kuad nous a rejoint.
Dans le gymnase nous attendaient 70 enfants d’une douzaine d’années,  divisés en groupe de 10, assis sur leurs genoux.

2 professeurs de 5  bénévoles les entouraient.

 

Atelier-Ceramique-Jomon-CIMG5958

 

L’archéologue et conservateur du Musée Jomon, le Professeur Yusuke Sato Sensei dirigeait cet atelier.

 

Après une conférence sur l’ère Jomon et leur céramique si particulière, il a expliqué comment réalisé des vases ou des bols avec des blocs de terre.

 

Les enfants avaient récolté l’argile dans la forêt des alentours.

 

Hayakawa San avait préparé 2 types de terre, une argile aux gros grains, difficile à façonner et à l’aspect plus rustique, une autre, purifiée de ses gros grains par un lavage qui donnera un aspect plus doux après la cuisson.

 

Les enfants après avoir modeler la terre, réalisent des cordons  pour monter les bords du bol.

 

Vient ensuite la décoration : des règles, des capsules, des pièces de monnaies qui servent d’empreinte tout comme des cordes toronnées, des ajouts de terre en forme de corne ou de flamme. Enfin chacun signe son œuvre.

 

C’était amusant de voir comment chaque groupe était diffèrent des autres dans leur comportement et dans le choix de leur ornements.  Les uns optent pour un vase en forme de mortier, d’autre un vase à col fermé.

 

Une grande concentration  et une grande application régnaient. Il n’y avait pas de silence mais pas d’excitation non plus.

 

On ressentait dans le geste précis de ces adolescents qu’ils avaient en eux, cet héritage du travail manuel de la terre et que cette démarche avait un sens à la fois culturel et ancestral.

 

Dans cette école non loin de la mer, chacun avait été victime directement ou indirectement du tsunami. (2  enfants orphelins de père et mère étaient présents Les parents du proviseur avaient été emportés par la vague…)

 

Les enfants étaient heureux de notre présence, ils nous saluaient avec quelques mots en français qu’ils disaient en riant. Une petite fille nous a même avoué qu’elle n’avait jamais vu de gaiji (étranger), une blonde aux yeux bleus  était surprenante. »

 

Voyage dans le Tohoku en avril 2016.CC

Le 31 octobre 2015, « La réalisation de la fève »

 
Sous la direction du Professeur Toshio Matsui dans la Serre de Soda (Sendai)

affiche-atelier-de-la-feve

 

La fève : « un petit bonheur dans la galette apportée à ceux qu’on aime » selon la traduction du flyer japonais.

 

La Serre de Soda est une jolie serre toute vitrée et lumineuse qui accueille des enfants de 8 à 12 ans pour leur apprendre à peindre une pièce d’argile. Il s’agit ici de la Fève de la Galette des Rois.

 

L’histoire de la Galette des Rois a été expliquée et racontée. Elle crée un autre lien avec nos coutumes… C’est un clin d’œil sympathique.

 

Ici, deux types de fèves ont été moulées : la fève Jomon, déjà utilisée l’année dernière, et un petit médaillon.

 

Cette séance a pour but d’apprendre à peindre la couverte des fèves, avant de les utiliser pour la fabrication des galettes lors d’un prochain atelier.

 

Avec l’aide du Professeur Toshio Matsui, les enfants vont découvrir et choisir les couleurs, les mélanger et les appliquer au pinceau.

 

 

17/18 octobre 2015, « La perle baroque »

 
Sous la direction du Professeur Toshio Matsui ( KUAD)  et du Professeur et joailler David Roux-Fouillet ( Royal College of Arts in London ), accompagnés du Maitre de Conférences Monsieur Okamura ( KUAD), spécialiste de la perle et de la joaillerie.

 

3 ateliers ont été organisés avec des enfants de 8 à 11 ans à l’école Uenoyama (Sendai).

 

affiche-atelier-la-perle-baroque

 

L’art de la perle est une tradition et une fierté japonaises. Associées à l’histoire du Miyagi et à son seigneur Mahamune Date, ces perles provenaient de deux lieux célèbres au Japon, Uwajima et Ehime.

 

Si les perles rondes sont très chères, les perles baroques ou déformées ne sont pas cotées. La déformation d’une perle raconte la vie du coquillage mais elle donne aussi une autre vision esthétique, différente de sa valeur commerciale.

 

Le thème de l’atelier était de réaliser des bijoux fantaisie en associant des perles baroques, des débris de porcelaine vintage et de l’argile.

 

Des assiettes anciennes apportées d’Angleterre par le Professeur David Roux-Fouillet ont tout d’abord été cassées. Puis les enfants ont travaillé l’argile afin de créer des formes : bagues, bracelets, colliers, pendentifs ou broches. Cette argile Fimo durcit à la cuisson, et peut se cuire dans un four domestique. Certains enfants en ont emporté afin de continuer à créer chez eux d’autres objets.

 

Sur l’argile refroidie, les enfants ont collé des perles et des morceaux de porcelaine afin de créer leur bijou.

 

L’objectif : Apprendre aux enfants que les produits dits moins valorisés, et même voués à être jetés, peuvent renaître sous une forme intéressante grâce à leur imagination. Découvrir en chacun sa propre force créatrice. Changer sa façon de penser et voir les choses avec un regard différent. Tout peut devenir un bijou!

 

« Even when something is broken, if you have open eyes, you can create a new beautiful thing with your creativity »

Pr. David Roux-Fouillet

 

Le 4 octobre 2015,  « Le Bento II »

 
Sous la direction du Professeur Takenori Miyamoto, de la Tohoku University of Art and Design, et de l’équipe de l’Atelier Ishinomaki Laboratory, fabriquant du kit.

 
Dans le cadre du Festival Ishinomaki Megumi, à Ishinomaki, cet atelier était destiné à une cinquantaine d’enfants de 8 à 15 ans, accompagnés de leur famille.
Ce programme « Social Product » a pour but de faire réaliser un objet en bois grâce au kit éducatif « Bento », financé par La Fondation Enfants du Japon.  Il n’y a pas de mode d’emploi. Le but est de stimuler l’imagination afin de mettre en œuvre un protocole pour construire l’objet choisi.

 

« Do It Yourself »

 
Le « Bento » contribue également à développer une habileté manuelle…

 

Kit-Bento_20150917ws6-1024x683

 

Un article présentant le kit « Bento » est mentionné dans un livre qui vient de paraître au Japon : « Enfant et Design ».
Ce kit « Bento » a été également mentionné dans la revue Elle Décor Japon.

 

 Le 3 octobre 2015,  « Le Grand Livre II »  « Super Big Book II »

 
Sous la direction des Professeurs Akiro Tagami, Michihiro Kikuchi, Tomoko Kon, 15 enfants de 6 à 11 ans sont réunis à l’atelier Hiroshi Abé, à Sendai.

 

affiche-super-big-book-II-2015

Objectif: la réalisation et la mise en page d’un grand livre avec le papier «Yanaguiou» fabriqué lors du précédent atelier, selon une technique ancienne de papier japonais: le washi.

 

Chaque enfant a sa propre feuille de papier «washi». Il est libre de matérialiser tout ce que son imagination lui inspire. Il doit juste, en fonction de son projet, suivre sa propre mise en place pour dessiner, colorier, peindre, découper des applications ou coller d’autres éléments tels que des fils de couleurs ou des fleurs de tissus.

 

Puis toutes les pages sont rassemblées.

 

Enfin, on réunit toutes les feuilles en utilisant la reliure japonaise traditionnelle avec couture apparente, afin de créer «Le Grand Livre II» ou «Super Big Book II».

 

L’atelier se termine par une projection du livre, où chaque enfant explique ce qu’il a voulu exprimer !

 

20/21 septembre 2015, « Le défilé des animaux »

 
Sous la direction du Professeur Yuki Hanawa, spécialiste du costume et du déguisement, et experte en peluches géantes.

 

Cet atelier, destiné aux enfants des écoles maternelle et primaire d’Hikoro no Sato, s’est déroulé  dans la maison traditionnelle «  Matsugasa Yashiki », lors des journées artistiques tenues à « Tekuteku Meguru Midorigawa » dans le Miyagi.

 

Neuf groupes d’enfants et de parents y ont participé.

 

Affiche-Defile-de-mode-pour-les-enfants-1

DSC_4079 DSC_4091DSC_4123

IMG_1859

 

Interview du Professeur Yuki Hanawa après l’atelier du Défilé :

 

« Au début, il n’y avait personne. J’ai commencé à m’inquiéter. Vont-ils venir?

 

Puis, une par une, les familles sont arrivées sans se presser. J’ai compris alors que les horaires bien rigoureux ne sont que des habitudes urbaines. Ici, dans ce village, le temps passe différemment. On ne se préoccupe pas de quand cela commence et quand cela finit.

 

Finalement, nous avons dû être flexibles en nous adaptant au lieu afin de ne pas entraver cet atelier par des règles inflexibles. Ceux qui veulent venir arrivent quand ils le veulent et repartent quand ils le souhaitent. »

 

« Je veux être une grenouille »
« Moi, un papillon »

 

Pleins d’énergie et d’inspiration, les enfants faisaient appel à leur imagination.
La règle du jeu était de confectionner un costume d’animal ou d’insecte de la région pour l’un de ses parents.

 

Mais une petite fille voulait absolument créer un escargot :
– Je veux fabriquer un escargot.
– Pourquoi pas? Et la couleur de l’escargot?
– Rouge, bien sûr.

 

Cette enfant de l’école maternelle du village n’avait jamais utilisé d’agrafeuse. C’était sa première rencontre avec cet instrument.

 

L’escargot prenait forme. Le masque était prêt : elle y a mis des yeux et une bouche.
– Ce n’est pas encore un escargot.
– Que manque-t-il?
– Des antennes.

 

Des fils de fer ont été décorés avec des galons.
– Et la coquille?

 

Elle a été fabriquée avec les fils de fer recouverts de boules de coton.

 

La maman s’est exclamée : « Que c’est beau! »

 

Mais l’enfant n’était pas d’accord. Alors, elle a tout changé et placé toutes les boules de coton au milieu de la coquille. La sensibilité des grands et celle des enfants est sans doute différente.

 

Enfin le déguisement était prêt et on a fixé le tout sur le dos de la maman.

 

Le défilé a commencé depuis le portail de la maison jusqu’à la place du village, en contrebas. Les enfants guidaient les parents.

 

Le 2ème jour, ceux qui avaient participé la veille sont revenus dans l’après-midi pour défiler.
Les enfants étaient fiers de montrer leurs parents déguisés.

 

L’escargot ou le papillon?
L’art en ville est destiné au grand public. L’art dans un village est destiné aux habitants du village.

 

La participation de « Village d’art pour les Enfants » a permis d’organiser une rencontre entre les artistes, les habitants originaires d’un village, et les sinistrés déplacés dans ce même lieu. Elle a aussi permis de faire se côtoyer des enfants aux parcours différents.

 

Les enfants ont choisi un déguisement. Ils ont appris qu’on pouvait facilement fabriquer des costumes avec une agrafeuse et des ciseaux : Ils ont concrétisé leur idée !

 

Ce défilé a permis d’inverser les rôles entre parents et enfants, qui ont appris à déployer leurs efforts pour leurs parents, au lieu de tout recevoir d’eux.

 

 

Le 5 septembre 2015, «Le Super Big Book I»

 
Sous la direction du Maître Hideo Tsukara et de son assistant M. Akira Mori, à l ‘atelier « Ushiogami Washi ».

2015SUPER-BIG-BOOK

Des enfants de 6 à 8 ans ont participé à la découverte et à la fabrication artisanale de papier selon une technique ancienne qui est à l’origine du papier japonais : le « washi ».

Pour la Fondation, cette transmission des techniques artisanales permet de faire découvrir aux enfants un patrimoine culturel hérité de leurs ainés et souvent détruit lors du passage du tsunami dans cette région.

Super-Big-Book-1_150905-01

En effet, l’artisan, Maître Hideo Tsukara, avait vu disparaître sous les eaux dévastatrices du tsunami l’atelier de papier où il travaillait. Ce fut le cas de beaucoup d’autres installations traditionnelles.

C’est en retrouvant les machines parmi les décombres qu’il décida de s’installer à son compte à Kawasaki, petit village au bord de la forêt, où coule sous la maison un joli ruisseau.

Transmettre sa passion et sa connaissance aux autres, et aux enfants en particulier, est aussi sa façon de survivre au drame et de croire en l’avenir.

  • En vue de préparer le « Super Big Book », une très grande feuille a été fabriquée.

    En vue de préparer le « Super Big Book », une très grande feuille a été fabriquée.

  • Technique « Nagashi-suki »

    Technique « Nagashi-suki »

  • Technique « Tame-suki »

    Technique « Tame-suki »

Le 8 août 2015, atelier « La pierre d’Ogatsu »

 
Sous la direction de M. Yotsukura, tailleur de pierre
au Laboratoire Namiita d’Ishinomaki.

Affiche-atelier-La-pierre-d-Ogatsu

La ville d’Ogatsu, connue pour sa production de pierre noire, a été dévastée par le tsunami de mars 2011.

La pierre d’Ogatsu est réputée pour la fabrication d’encriers traditionnels (Susuri), de plats et de tuiles.

 

  • Encriers

    Encriers

  • Plats en pierre d’Ogatsu

    Plats en pierre d’Ogatsu

Social Products

 
L’une des finalités de la Fondation Enfants du Japon à travers « Le Village d’Art pour les Enfants » est la réalisation de « Social Products ». Il s’agit d’objets créés et réalisés par les enfants qui seront diffusés auprès du public.

Le but est de stimuler leur intelligence et leur «esprit de débrouille » en les amenant à fabriquer leur propre objet d’art ou d’artisanat et à participer ainsi, à leur manière, au travail collectif de reconstruction.

Cela permet également de les initier au sentiment de créativité artistique, de les aider dans la conception et de les soutenir dans la réalisation.

L’exposition publique de leurs œuvres, l’utilisation de leurs objets par d’autres redonnent un sens à cette démarche.

Elle permet aussi de leur révéler leur vocation d’artiste.

« Le Bento »

P1050147

 

En association avec l’Université d’Art et de Design du Tohoku (TUAD) et leur TRSO (organisme qui ne s’occupe que des projets d’aide et de reconstruction du Tohoku), la Fondation Enfants du Japon a produit et financé un premier « Social Product », le kit « Bento ».

Il est le fruit d’un processus d’éducation fondé sur le DIY : « DO IT YOURSELF ».

Le DIY est né à Londres lors de la seconde guerre mondiale, d’un message du gouvernement à la population : « n’attendez pas notre aide, do it yourself »

A Ishinomaki, après le désastre du tsunami, il fallait avoir cet esprit-là pour survivre.

Après les événements de mars 2011, des étudiants du Tohoku et de Kyoto se sont associés aux habitants d’Ishinomaki pour participer à la reconstruction de leurs maisons.

L’Ishinomaki Laboratory, atelier coopératif de menuiserie a été créé et les premiers meubles ont été fabriqués avec la participation de tous.

C’est ce même atelier qui a fabriqué les éléments du kit « Bento ».

Le « Bento », véritable boite de nourriture intellectuelle et spirituelle, est un manuel d’éducation sous forme de coffret comprenant un ensemble de pièces de bois assemblables au gré de l’imagination de chacun.

(Le « bento » est un repas rapide pris hors de la maison ; il est contenu dans un coffret et il est extrêmement populaire au Japon)

200 exemplaires de ce kit éducatif, permettant aux enfants de fabriquer un objet par eux-mêmes et sans mode d’emploi, ont été réalisés.

P1050150
En juillet dernier, un atelier « Bento » a eu lieu à Fukushima, lors d’un Festival de musique.

70 familles, enfants et parents réunis, soit près de 200 personnes, se sont retrouvées pour fabriquer ensemble un objet… et c’est la maison des oiseaux qui a été la plus plébiscitée.

L’expérience de Fukushima a permis non seulement la stimulation créative des enfants, mais a aidé également les familles déplacées à sortir de leur isolement, en tissant des liens d’entraide et de complicité.

Ce grand succès, repris dans la presse, nous a tous convaincu de rééditer le kit avant la fin de l’année. Par ailleurs, la création de nouveaux « Social Products » est à l’étude.

Atelier « La galette » avec le chef Nobuyuki Matsuzaka

 
DSCF6003 DSCF6045 DSCF6015DSCF6090 DSCF6111 DSCF6113 DSCF6112  DSCF5987

Le 22 mars 2015, Deuxième atelier sur la fève

Sous la direction du Professeur Toshio Matsui à l’école sud de la ville Keyaki-juku (Sendai)

La fève JomonLa Fève Jomon

A chacun sa fèveDSCF5697-2

 

Le 4 mars 2015, Deuxième séance de l’atelier « Raku-yaki »

Sous la direction du Professeur Keita Sutou à l’école d’Oroshimashi-Hikarino-ko de la ville de Sendai.

Un bol Raku

Un bol Raku

La joie de la création

Le 16 Février 2015, Première séance de l’atelier « Raku-yaki »

 Sous la direction du Professeur Keita Sutou: Modelage de la terre à l’école d’Oroshimashi-Hikarino-ko de la ville de Sendai

 

Les enfants modèlent la terre et créent des tasses ou des bols.

Quelle fascination !

 

Atelier Raku

Le céramiste Keita Sutou accompagnée de Madame Tomoko Sutou dirigent la séance sous le regard attentif des enfants.

Le 15 Février 2015, Réalisation de la « Fève Jomon »

Sous la direction du Professeur Toshio Matsui à l’école sud de la ville Keyaki-juku (Sendai)

La fève : un petit bonheur dans la galette apportée à ceux qu’on aime selon la traduction du flyer japonais.

village-art-enfants

 

Le grand journal du Tohoku « Kahoku Shinpoh »  est venu faire un reportage sur cet atelier.

 

 

La fève Jomon

 

 

Les enfants réalisent  la fève Jomon.

Il s’agit d’un type de céramique correspondant à l’une des plus anciennes techniques au Japon. (époque Jomon 1700- 300 av JC)

Cette fève représente une figurine stylisée aux arabesques proliférantes et aux courbes tendues, couvertes de zones striées avec de grands yeux immaculés, clos d’un unique trait horizontal. C’est tout à fait typique de ce genre d’objet.

 

 

Les fèves avant leur finition

Atelier La fève. Professeur Toshio Matsui

Le Professeur Toshio Matsui montre aux enfants la finition sur la fève.

La petite fille et sa fève

 

 

Les enfants sont très enthousiastes.

On retrouve dans leur regard cet intérêt  pour achever  la réalisation

Un grand succès pour cette première !

Février et Mars 2015, Les ateliers de «Village d’Art pour les Enfants» Première Saison

Au Japon, l’année scolaire se termine fin Mars. C’est pourquoi nous vous annonçons ci-dessous le calendrier des ateliers de l’année scolaire en cours.

Trois ateliers sont mis en place :

Un atelier « La fève et la Galette des Rois »

Un atelier « Raku-yaki »

Un atelier « Planétarium »

 

L’atelier : « La fève et la Galette des Rois »

 Avec l’aide du Chef Nobuyuki Matsuzaka, directeur également d’une école de cuisine à Sendai et du Professeur Toshio Matsui:

–  le 15 février, à l’école sud de la ville Keyaki-jyuku à Sendai.

–  le 22 mars, à Sendai.

15 à 20 enfants de 11 et 12 ans de l’école primaire participeront à chacune des séances.

 

 

 

village-art-enfants

 

 

La fête. La fève. Le gâteau.

La Galette des Rois est une coutume importée de France.

C’est pour les enfants une nouveauté venue d’ailleurs.

C’est aussi un voyage entre nos traditions par la réalisation d’un gâteau et d’un objet artisanal.

 

L’histoire de la Galette…

En France, la coutume veut qu’elle soit l’occasion de « tirer les rois » à l’Epiphanie. Une fève est cachée à l’intérieur de la galette et celui qui l’obtient devient le roi ou la reine de la journée. C’est le plus jeune des convives, caché sous la table, qui décide de la distribution des parts.

C’est la Fête et le partage.

Qui aura la fève ? Qui sera le roi ou la reine d’un jour ?

 

Les enfants découvriront la fève.

La notion de fève, c’est aussi le lien entre la cuisine et la céramique, le quotidien et l’art.
A la fin du XVIII siècle, les fèves étaient en porcelaine. Actuellement il existe une multitude de fèves que collectionnent les adeptes de la basophilie.

Chaque enfant réalise une fève « Jomon ».

 

Il met la main à la pâte !

Le Chef  Nobuyuki Matsusaka  dévoile l’art de la Galette aux enfants : la pâte feuilletée, le pétrissage, la pliure, la cuisson.

 

Enfin, la dégustation !

 

 

L’Atelier: « Raku-yaki »

 

Sous la direction du Professeur Keita Sutou, à l’école maternelle de Oroshimashi-Hikarino-ko de la ville de Sendai:

– le 16 février : modelage de la terre.

– le 4 mars : pose  de la glaçure (le matin); cuisson des œuvres (l’après-midi).

Une trentaine d’enfants entre 4 et 5 ans seront choisis au sein de cette école. Chaque séance durera 1h30.

La beauté et l’émotion du travail de la terre.

La découverte de la puissance du feu.

 

La technique du Raku-yaki se développe au Japon au milieu du XVIème siècle. Elle est associée à la cérémonie du thé et à la philosophie Zen.

C’est un procédé de cuisson à basse température. Les pièces incandescentes sont sorties du four à environ 1000°C. Elles sont rapidement recouvertes de matières inflammables naturelles afin d’en empêcher la combustion par oxydoréduction. Elles peuvent être également enfumées, trempées dans l’eau ou brulées. La terre cuite rouge va subir un choc thermique qui déterminera son aspect final. Chaque enfant va pouvoir concevoir et réaliser un objet unique.

Cette conception est très importante quand à la notion de qualité, d’unicité et de création.

 

rakuyaki

 

L’enfant apprend à modeler la terre. Il prend conscience de ce matériau si proche de notre quotidien mais également si ancien. Il se sert de ses mains pour fabriquer un élément.

 

Encore une fois, on retrouve cette notion d’art et de quotidien.

 

L’enfant pose ensuite la glaçure sur la pièce.

 

Enfin, il participe à la cuisson (un four spécial a été commandé, adapté à l’enseignement). L’enfant voit le feu pendant la cuisson, assiste à la sortie de l’objet incandescent. Il observe l’évolution de la pièce après refroidissement vers son aspect final.

 

L’enfant emporte son œuvre chez lui.

 

 

C’est la découverte de la création artistique de chacun, la réalisation par la matière de l’inspiration qui est en chaque être, la fascination et la magie de la céramique après la cuisson.

 

 

L’atelier : «  Planétarium »

 

En présence du Professeur Chimaski à l’Auberge de jeunesse de Dochuan dans la ville de Sendai, vieille auberge réhabilitée:

– le 7 mars

– le 8 mars

affiche Planetarium

15 à 20 collégiens de 15 ans, c’est à dire en 3ème année de collège de l’école sud de la ville de Keyaki-jyuku seront sélectionnés.

 

Un voyage dans la voute céleste.

Les étoiles, les constellations, les planètes.

 

voute-celeste

 

CREATION PAR LES ENFANTS D’UN PLANETARIUM

Tous habillés de blanc, les enfants réalisent avec du papier, de la colle et des ciseaux un immense planétarium.

Ils passeront la nuit au centre. Une soirée de contes et d’histoires…

 

Le 30 octobre 2014, Tokyo, Résidence de l’Ambassadeur de France au Japon, Remise de dons «Château Le Puy»

 

Une cérémonie est organisée à la Résidence de l’Ambassadeur de France au Japon pour la remise de dons en faveur des enfants victimes du tremblement de terre et du tsunami du 11 mars 2011.

 

Ces dons sont le fruit des bénéfices de la soirée du 18 avril 2014, un diner de bienfaisance suivi d’une vente aux enchères des meilleurs millésimes de Château Le Puy. Soirée élégante qui réunissait la meilleure société tokyoïte.

 

En présence de son Excellence Monsieur l’Ambassadeur de France au Japon et de Mme. Dana, son épouse, M. et Mme. Amoreau, propriétaires de Château Le Puy remettent un don à différentes organisations de bienfaisance oeuvrant dans le Tohoku.

 

« La Fondation Enfants du Japon » (FEDJ) reçoit pour son projet  « Village d’Art pour les Enfants » la somme de 45 millions de yens !

 

Maitre Ochsner, le représentant de la Fondation au Japon et membre du comité d’organisation du projet reçoit ce don.

Il présente « la Fondation Enfants du Japon » et rappelle la motivation principale qui consiste à avoir recours à l’art comme palliatif au traumas de ces enfants. Il définit le nouveau projet « Village d’Art pour les Enfants ».

M. Homa, Professeur de l’Université de Tokyo,  remplace le Professeur Matsui, directeur du projet. Il explique en quelques mots la coopération entre la FEDJ et les facultés d’Art des Universités de Kyoto et de Tohoku (KUAD et TUAD).

Des journalistes de Kateihou, Shuhan News, Yomiuri, Tokyo Shinbum sont présents.

Le 11 septembre 2014, Signature du protocole d’Accord

Signature du protocole d’Accord entre la Fondation Enfants du Japon (FEDJ), l’Université d’Art et Design de Kyoto (KUAD) et l’Université d’Art et Design du Tohoku (TUAD) pour le Projet

“Village d’Art pour les Enfants”
”Kokomo geijyutu no mura”

 

Ce protocole a été signé à Kyoto par Mme. Caroline Caffin et M. Thierry Servant de la FEDJ, par M. Shochoku Tokuyama, Directeur de la TUAD et M. Yutaka Tokuyama, Directeur de la KUAD.

IMG_1010

La signature du protocole – Thierry Servant, Caroline Caffin et le Directeur Yutaka Tokuyama

IMG_1020

De haut en bas et de gauche à droite: le Professeur, M. Matsui; le Directeur Financier, M. Takahisa; l’interprète, Mme Hattori; le Président de FEDJ, M. Servant; le Directeur de la KUAD, M. Tokuyama; la fondatrice de FEDJ, Mme Caffin.

 

 

Le Professeur Toshio Matsui, céramiste de renom et professeur de la KUAD est le Directeur du « Village d’Art pour les Enfants »

 

SONY DSC

Professeur Toshio Matsui

 

L’élaboration de ce projet a représenté un travail de deux années.

Il a pour objectif l’éducation artistique des enfants des zones sinistrées.

Le « Village d’Art pour les Enfants » assurera la création d’un centre artistique permettant les contacts entre les enfants, les artistes et les artisans du Tohoku, et la mise en place d’ateliers artistiques itinérants.

Ce centre artistique, bâtiment servant d’antenne pour le projet « Village d’Art pour les Enfants » sera un lieu d’enseignement pratique et didactique, un lieu de conférences et une résidence artistique.

Les ateliers seront mis en place dans les départements sinistrés : Miyagi, Iwate, Fukushima et Yamagata.

Ce nouveau projet « Village d’Art pour les Enfants » veut offrir du rêve et un avenir nouveau dans un lieu de rencontre et d’espoir orienté vers l’art.

Voir rubrique projet.

 

18 avril 2014, Résidence de l’Ambassadeur de France au Japon

Diner de Bienfaisance, suivi d’une vente aux enchères des meilleurs millésimes de Château Le Puy au profit des enfants victimes du tremblement de terre et du tsunami du 11 mars 2011.

catalogue-couverture

Cliquer sur l’image pour télécharger le catalogue

 

Trois ans après le désastre, la famille Amoreau et toute l’équipe de Château Le Puy souhaitent apporter leur contribution à la reconstruction dans le Tohoku en soutenant des associations caritatives qui s’investissent dans ce projet.

Elles affirment leur solidarité vis-à-vis du peuple japonais avec cet esprit français qui les caractérise si bien.

Dans ce but, elles ont imaginé une soirée bénéfique, organisée sous la Présidence de son Excellence M. Christian Masset, Ambassadeur de France au Japon, en présence de la Princesse Impériale Hisako Norihito de Takamado : Un diner suivi d’une vente aux enchères…

catalogue-page-interieure1 catalogue-page-interieure2

 

Ce diner à quatre mains est offert par les grands chefs Guy Savoy de Paris et Kiyomi Mikuni de Tokyo.

 

IMG_0671

La Princesse Impériale Hisako Nohorihito de Takamado, en violet, devant les chefs cuisiniers Guy Savoy et Kiyomi Mikuni

 

Grâce à la générosité de la famille Amoreau, la vente met aux enchères non seulement  les dernières bouteilles de « Château Le Puy 2003 », choisi comme « Kami no Shisuku » dans le Manga « The Drops of the God » qui a rendu célèbre ce vin dans le monde entier, mais également d’autres millésimes exceptionnels de cette magnifique propriété.

 

amoreau-famille

M. Jean-Pierre Amoreau

 

M. Agi, auteur du fameux manga, assiste également à cet événement à la Résidence de l’Ambassadeur de France à Tokyo.

Le bénéfice de cette vente sera distribué aux associations caritatives sélectionnées :

dix associations de bienfaisance, dont notamment « La Fondation Enfants du Japon » pour son projet « Village d’Art pour les Enfants ».

 

catalogue-page-interieure3

 

 

La Fondation Enfants du Japon remercie très chaleureusement la famille Amoreau, et particulièrement M. Jean-Pierre Amoreau, de lui permettre de participer à cet événement.

Elle s’associe à leur élan d’entraide en faveur de la reconstruction du Tohoku et du bien-être des enfants touchés par ce drame.

 

Novembre 2012

Rencontre avec M.Toshio Matsui à Kyoto

novembre2012_web

Une nouvelle réunion est organisée à la Mairie d’Higashimatsushima.Japon Novembre 2011 1 078

Une nouvelle rencontre est organisée à la Mairie. La municipalité a mis en suspens le projet Naruzae-Mirai pour des raisons économiques. Il reste dans les alentours un collège en fonction. Il n’y a pas d’urgence à construire ce campus dans la forêt.  Un nouveau plan de reconstruction est prévu au milieu de terrains agricoles dans la ceinture de la ville. Une nouvelle école y sera construite. On nous propose de participer à la mise en place d’un centre multifonctionnel pour tous les citoyens pouvant éventuellement proposer des activités culturelles mais aussi sportives et qui serait également un centre d’hébergement.

Après de longues réflexions, la Fondation Enfants du Japon ne participera pas à cette édification, considérant que la raison d’être de La Fondation Enfants du Japon est de soutenir les enfants victimes du tsunami à travers l’art et la culture et non de loger des équipes de sportives ou de divertir des adultes. Le projet n’est actuellement plus d’actualité car il n’est pas prioritaire pour l’administration de cette municipalité. Toutefois le concept d’un centre d’art et de culture au sein d’un campus scolaire reste un concept valide et intéressant qui va pouvoir être proposé dans d’autres villes ou villages dévastés par le tsunami.

Juillet 2012

Une réunion à la Mairie d’Higashimatsushima.

Un nouveau Surintendant à l’Éducation, Monsieur Kudo, remplace Monsieur Kimura avec de nouvelles propositions.

« Nous allons fusionner deux anciens collèges et en reconstruire un, entouré d’installations sportives, sur les hauteurs dans un cadre de verdure et de forêt. Une école primaire sera reconstruite à proximité. Le centre artistique, projet de la Fondation Enfants du Japon trouverait sa place dans ce campus ».

« Une autre fondation, AFAN aménagera l’ensemble de la forêt pour que ce soit un lieu de bien-être pour les jeunes ».

AFAN été créée par un anglais du pays de Galles devenu citoyen japonais. Il a déjà réalisé une école dans la forêt à Nagano. Après les événements du 11 mars, il s’est intéressé à Higashimatsushima, ville très dévastée, et à la création de cet ensemble dans une forêt, afin de redonner de la sérénité, loin de la mer aux habitants victimes du tsunami.

P1010628_web

Le Professeur Kazami du Département de Miyagi veillera à ce que l’école soit dans un cadre agréable et de bien-être pour les enfants.  Le projet est donc de situer ce campus scolaire et le centre artistique au sein de la forêt

La Fondation Enfants du Japon accepte de financer la construction d’un centre d’une surface de 1000 m2, modulable, avec 1 bâtiment principal et 3 satellites. Une stratégie est définie :

Les détails du projet seront soumis aux pouvoirs publics avant mars 2013 (fin de l’année fiscale).  Le plan général et le plan détaillé des constructions devraient être élaborés entre avril 2013 et mars 2014, La phase active de construction démarrera en 2015-2016. En avril 2017, à la rentrée scolaire, le campus ouvrirait ces portes.

Nous nous donnons rendez-vous afin de nous rencontrer avec les responsables de AFAN.

P1010633_webPhoto de la forêt et visite du lieu avec M.Kudo et son équipe. Été 2012

 

 

Rencontre avec le Professeur Toshio Matsui et le Professeur Philippe Barde

rencontre_barde_webMonsieur Jean-Pierre Greff, Directeur de l’université Head de Genève qui nous aide dans la mise en place de cette page web, nous a présenté le Professeur Philippe Barde amoureux du Japon depuis longtemps et intervenant également à l’université KUAD de Kyoto. Son ami et collègue, le Professeur Toshio Matsui, céramiste réputé s’investit dans la reconstruction du Tohoku sur de nombreux fronts. Ces deux hommes, céramistes et enseignants, comprennent le sens du projet de la Fondation d’aider les enfants à travers l’art, du fait de leur implication parallèle dans le monde de l’art et de la culture et dans la reconstruction. Le Professeur Toshio Matsui participe à la mise en place d’un projet : « Children Art House » du à la coopération des universités, Kuad de Kyoto et Tohoku University of Art and Design. La Fondation Enfants du Japon étudie ce projet et l’éventuelle proposition de construire une résidence permettant un échange artistique pour les enfants.

Monsieur Morihiro Hosokawa, informé de la démarche d’aide aux enfants à travers l’art par Monsieur Toshio Matsui, est très intéressé par le projet. Ancien Premier Ministre et artiste potier, il participe activement à la reconstruction et notamment dans la mise en place des digues le long des côtes dévastées (afin d’assurer une protection face à un nouveau tsunami). Un entretien sera organisé lors de notre prochain voyage qui permettra d’évaluer grâce à son aide, les possibilités de nouvelles actions.

Entre temps, nous allons participer à des aides ponctuelles à travers des démarches similaires à la nôtre dans des organisations japonaises que nous connaissons.

Lettre d’information  n°3 – Mars 2012

Fondation Enfants du Japon nº3

Lettre d’information  n°2 – Novembre 2011

Fondation Enfants du Japon nº2 en français

Présentation Enfants du Japon n°2 en JAPONAIS

Novembre 2011

 

Voyage d’études à Tokyo et dans le Tohoku en novembre 2011 auprès des administrations publiques afin d’établir les nécessités et les besoins réels des enfants après le séisme de mars 2011

A Tokyo

Rencontre avec Monsieur Jules Irrmann, Chef de communication et d’information de l’Ambassade de France au Japon qui a été notre guide et soutien tout au long de ce séjour.

Rendez-vous avec les responsables administratifs de la région d’Iwate à Tokyo.

P1000024_webMonsieur Tadeo Suzuki, directeur du Bureau d’Iwate à Tokyo:

« Dans la préfecture d’Iwate, certaines villes cotières ont été complètement détruites. Une centaine d’enfants ont perdu leurs deux parents, et près de cinq cents ont perdu l’un des deux. C’est dans l’aide pour améliorer leur vie quotidienne qu’il y a des besoins concrets ».

 

Rendez-vous à la Diète avec Monsieur Hiroyuki Konishi, Sénateur du Parti Démocrate dans la Préfecture de Chiba, impliqué dans toutes les questions touchant à la reconstruction.

P1000030_webA la Diéte nationale du Japon, réunis autour du Sénateur Hiyuki Konishi, Messieurs Okamoto, Watarai et Uwai. A droite Monsieur Jules Irrmann, Chef du Service de Communication et d’Information de l’Ambassade de France à Tokyo.

 

Rencontre avec les responsables administratifs de la région du Miyagi à Tokyo

P1000050_webMonsieur Sugawara, chef du Bureau de Miyagi à Tokyo, au centre de la photo:

« Tous les enfants dans ces régions, et pas seulement les orphelins, ont besoin d’aide, et les projets comme celui de la Fondation Enfants du Japon sont les bienvenus ».

Rendez-vous à la Diète avec Monsieur Yukata Kumagai, sénateur du Parti Libéral élu dans la région de Miyagi en 2010: Enseignant de formation, il est très sensibilisé par la situation des enfants.

portrait_kumagai
Brillant représentant de la génération montante du Parti Libéral Démocrate, Monsieur Yukata Kumagai a été élu sénateur dans la région du Miyagi en 2010 à l’âge de 35 ans. En tant qu’enseignant de formation et élu de la région la plus affectée par le tsunami, il est particulièrement concerné par la question des enfants.

Réunion avec le Département d’Aide et Soutien aux enfants à la Préfecture de Miyagi à Sendai

P1000059_webA la Préfecture de Miyagi à Sendai rendez-vous avec Messieurs Fumya Suzuki, Kazuhiri Kobayashi, Kazuo Oyama et Hiroshi Hashimoto, secrétaire du Sénateur Kumagai qui fut notre guide dans toutes nos réunions.

 

Visite des zones sinistrées

Visite de la crèche de Natori et rencontre avec sa Directrice, Madame Oyama.

Visite de l’école primaire Fujigaoka à Natori-Gaoka et rencontre avec Monsieur Hirayama dont l’école primaire à Yuriage a été détruite par le tsunami.Japon Novembre 2011 1 048

 

Rendez-vous avec Monsieur Tsuda, directeur de l’actuelle école maternelle privée Mizuho à Ishinomaki, l‘autre école près de la côte ayant été balayé par la vague.

Monsieur Tsuda. En arrière plan, une affichette proclame sur un fond d'arc en ciel: "Tout le monde est notre ami"
Monsieur Tsuda. En arrière plan, une affichette proclame sur un fond d’arc en ciel: « Tout le monde est notre ami ».

 

P1000112_webA l’intérieur de l’école de M.Tsuda, le sol est jonché de cahiers et les petites chaises s’empilent au milieu des gravats. Il n’y aura plus d’école ici mais sur la façade, une banderole flotte accrochée aux fenêtres brisées:

« Merci! Allons de l’avant »

P1000113_webLe tsunami a dévasté cette école maternelle, entrainant 7 enfants dans sa vague.

 

Visite à Higashimatsushima

Rencontre avec Madame Kijima, directrice de l’école primaire Nobiru de Higashimatsushima.portrait_ecoleprimaire_Nobiru

P1000096_web
Panneau d’espoir des enfants de 10 ans à l’école de Nobiru : « On ne va pas se résigner devant le tremblement de terre et le tsunami »

Rencontre avec Monsieur Tamio Kimura, surintendant de l’Education à la mairie d’Higashimatsushima

Monsieur Kimura semblait très désireux de réaliser un centre culturel dans sa ville. Il avait organisé un voyage au Danemark ayant permis à une dizaine d’enfants de découvrir et d’échanger différents aspects de leurs cultures respectives. Cette idée d’échange avec les pays étrangers par la culture et les voyages nous semblait séduisante et compatible avec notre projet.

Les différents courriers qui suivirent ont permis d’envisager le concept de la création d’un centre d’échanges culturels à Higashimatsushima.

novembre2011_web

Visite à Morioka

Rendez-vous à la Préfecture d’Iwate avec les chefs de service de Planification à la Direction Santé et Bien-être.

A la préfecture d'Iwate, Messieurs Katsushige Takahashi, Hideki Kikuchi, Yoshiaki Ishikawa, Masaru Obara,Chefs de service du Département Santé et Bien-Être, Messieurs Osaki, Shirasawa et leurs collaborateurs.À la prefecture d’Iwate, messieurs Katsushige Takahashi, Hideki Kikuchi, Yoshiaki Ishikawa, Masaru Obara, Chefs de service du Département Santé et Bien-Être, Messieurs Osaki, Shirasawa et leurs collaborateurs.

 

Lettre d’information n°1 – mars 2011

Fondation Enfants du Japon nº1